Vers une sécurité sociale ouverte à toute personne vivant sur notre territoire

Être sans-papiers ce n’est pas seulement être privé·e d’un titre de séjour légal, cela signifie également être exclu·e de droits sociaux, économiques et culturels.

L’accès à la santé semble faire exception grâce à la procédure de l’Aide Médicale Urgente. A certaines conditions et au prix de démarches administratives multiples, les sans-papiers peuvent en effet consulter un médecin ou se rendre à l’hôpital et obtenir le remboursement de médicaments via le CPAS. Mais cette aide est limitée : le paracétamol, le sérum physiologique, les laits pour bébés et de nombreux médicaments spécifiques ne sont pas pris en compte, de même que sont exclus beaucoup de produits administrés lors de soins dans les hôpitaux.

 

La force de la mutualisation solidaire

A Liège, l’occupation des mamans sans-papiers s’est organisée pour tenter de faire face à ces dépenses.

Grâce à l’argent qu’elles récoltent au travers de leurs propositions de service (cuisine, couture…), elles versent 10% de leur « salaire » dans une caisse mutuelle.

Autour d’elles, des personnes « avec papiers » ont souhaité les soutenir en devenant coopératrices. Elles versent mensuellement une somme de leur choix (5, 10, 20€ …).

La maman « déléguée sécu », conjointement avec le comité de gestion, rembourse les prescriptions médicales non reconnues par le CPAS mais aussi les factures relatives à l’hygiène, l’entretien de base, et les cartes TEC pour le transport vers le médecin ou l’hôpital.

Au-delà de l’intérêt matériel immédiat des mamans, cette expérience leur permet de découvrir la force de la mutualisation solidaire dont elles sont privées par l’Etat.

Malheureusement, les dépenses deviennent de plus en plus nombreuses : soins ORL, achat de lunettes pour les enfants, problèmes de santé des femmes liés au stress.

Or, le Gouvernement veut encore raboter l’Aide Médicale Urgente, et installe un contrôle sévère sur les remboursements pris en charge par les CPAS.  Les moyens continuent donc cruellement à manquer…

 

A leur côté pour résister

De nombreuses initiatives sont mises en place par les citoyens·nes pour aider celles et ceux mis·es en marge de notre société. Parce qu’au-delà du soutien apporté, c’est réaffirmer qu’ils et elles ont une place à nos côtés. Aujourd’hui, c’est ce que nous vous proposons : agir concrètement en participant à cette Caisse de Solidarité initiée par les mamans de l’occupation.  Pour leur offrir une forme de protection sociale. Pour leur donner la possibilité de continuer à résister.  Pour construire ensemble une société plus égalitaire et inclusive. Mensuelle ou ponctuelle, quelle que soit votre contribution, elle sera bienvenue :

Numéro de compte : BE 70 0004 4887 0025 avec la mention « Sécu solidaire »

Infos :

SECU SOLIDAIRE : Isabelle Ponet : isabelle.ponet@gmail.com